Salins-les-Bains ville thermale

Publié le par Evelyne R

Une ville chargée d'histoire

Aujourd'hui station thermale et touristique, Salins a hérité d'une longue et importante histoire. A l'époque celtique il se trouve au centre d'une exceptionnelle concentration humaine sur les hauteurs et les plateaux qui le dominent, tandis qu'au fond de la gorge creusée par la rivière la Furieuse passe une voie internationale reliant l'Europe du Nord-Ouest à l'Italie.

Son nom actuel n'apparaît pour la première fois que dans un texte des V-VIe siècles mais l'origine latine du mot témoigne en faveur d'une exploitation du sel remontant au plus tard à l'époque gallo-romaine.

Avant l'an 1000 la ville est déjà assez peuplée pour posséder quatre paroisses et être divisée en deux seigneuries : le Bourg-Dessous au nord, appartenant au Comte de Bourgogne, le Bourg-Dessus au sud, au Sire de Salins.

Au XIIIe siècle Salins connaît l'époque la plus glorieuse de son histoire. Un grand féodal, Jean de Chalon, de la branche cadette des Comtes de Bourgogne, devenu Sire de Salins, réussit grâce à son talent politique et aux immenses revenus qu'il tire de ses salines à devenir le véritable maître de la Comté, dont Salins est la capitale de fait, Besançon étant une ville libre dépendant directement de l'empereur germanique. Palais, châteaux-forts défendant la ville, remparts, églises sont bâtis ou rebâtis, les salines modernisées. Des nobles de toute la région, soucieux d'être proches du pouvoir, se font construire des hôtels qui, par manque d'espace disponible, prennent la forme de hautes et étroites tours fortifiées, tandis que de nombreuses abbayes, parfois lointaines, telles Cluny, Citeaux, Saint-Maurice d'Agaune dans le Valais suisse, sans doute intéressées par des rentes ou des donations en sel, fondent des hospices.

Et la suite pour bientôt...

Publié dans divers

Commenter cet article